•  

     

    Au doux pays des grands vikings

    Là où la mer est de tous bords

    Dans ce royaume où elle se ligue

    Avec Le sable et le vent fort

    J’ai vu un phare, étoile humaine

    Pour guider les pauvres marins

    Emmuré par des dunes hautaines

    Et dont le feu s’était éteint.

     

                       REFRAIN :

                       Là haut, mer et vent se déchainent

                       Là haut, la bière coul(e) à flot

                       Là haut, la petite sirèn(e)

                       Espèr(e) l’amour d’un matelot

     

    J’ai vu le cocher d’une église

    Sortant du sol tel une croix

    Marquant le tombeau des offices

    Qu’on y célébrait autrefois

    Je ne sais pas si Dieu demeure

    Au sein de la nef enterrée

    Mais ce clocher, par sa blancheur

    Sert de repère aux égarés.

     

                                REFRAIN

    J’ai vu des vaches fortes et belles

    Broutant des prairies vertes et grasses

    Qui trainaient leurs lourdes mamelles

    Dont le lait remplissait nos tasses

    J’ai admiré de fiers chevaux

    Dont la chevelure vole au vent

    Et frémit comme leurs naseaux

    Quand l’air marin va se levant.

     

                                REFRAIN

    J’ai admiré les walkyries

    Aux yeux d’azur et cheveux blancs

    Aux  seins lourds et lèvres rosies,

    Blanches de peau comme un enfant.

    J’ai rêvé, assis près du port

    Aux expéditions des marins

    Et caressé, tout près du bord,

    La petit’ sirèn’ en  son bain.

     

                                REFRAIN


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires