•  

    - Pourtant je l'aime

     

     

     

    Elle a des rides aux yeux,

    Au coin des lèvres,

    Du blanc dans les cheveux,

    La voix plus frêle,

     Pourtant je l'aime

     

    Son corps est fatigué,

    Courbé par l'âge,

    Sa peau un peu fripée,

    Ses hanches larges,

    Pourtant je l'aime

     

    REFRAIN

    Ça fait longtemps que notre amour

    Chaque jour rime avec toujours. (Bis)

    Ça fait longtemps que l'on se bat,

    Amour un jour et l'autre pas,

    Pour vivre à deux jusqu'au trépas

     

    Elle trouve un goût amère

    Au temps qui passe

    Et se met en colère

    Quoi que je fasse

    Pourtant je l'aime

     

    Elle peut se voir vieillir

    A mon image

    Et ça la fait souffrir

    La met en rage

    Pourtant je l'aime

     

    REFRAIN

     

    Je la regarde peu,

    L'écoute à peine,

    Lui dit un mot ou deux,

    Lui fait des scènes

    Pourtant je l'aime

     

    A force d'être ensemble

    ou côte à côte

    Je crois qu'on se ressemble

    Que l'un vaut l'autre

    Pourtant on s'aime

     

    REFRAIN

     


    votre commentaire
  • Paroles et musique d'Alain Barrière

    - Elle était si jolie

     

     

     

     

    Elle était si jolie
    Que je n'osais l'aimer,
    Elle était si jolie,
    Je ne peux l'oublier.
    Elle était trop jolie
    Quand le vent l'emmenait,
    Elle fuyait ravie
    Et le vent me disait...

    Elle est bien trop jolie
    Et toi je te connais,
    L'aimer toute une vie,
    Tu ne pourras jamais.
    Oui mais elle est partie,
    C'est bête mais c'est vrai.
    Elle était si jolie,
    Je n'oublierais jamais.

    Aujourd'hui c'est l'automne
    Et je pleure souvent,
    Aujourd'hui c'est l'automne
    Qu'il est loin le printemps.

    Dans le parc où frissonnent
    Les feuilles au vent mauvais
    sa robe tourbillonne,
    Puis elle disparaît...
    Elle était si jolie
    Que je n'osais l'aimer,
    Elle était si jolie,
    Je ne peux l'oublier.
    Elle était trop jolie
    Quand le vent l'emmenait,
    Elle était si jolie,
    Je n'oublierai jamais.

     


    votre commentaire
  • - Pauvre rime...

     

     

     

    Que ne ferait-on pour la rime

    Pour qu'un vers soit doux à l'oreille

    Et que la moindre des contines

    A un chef d'oeuvre soit pareill(e) ?

     

    On dirait des stupidités

    Comme: un “amour qui dure toujours"

    Ou d'énormes banalités

    Tell(e)s que: l'”aube d'un nouveau jour”.

     

    Certains auteurs sont prêts à tout

    Et vont placer, sans peur, “pastèqu(e)”,

    Au risque de passer pour fou,

    Dans une histoir(e) de “discothèque”.

     

    On dit ainsi n'importe quoi

    Sous prétexte  de poésie

    Et comm(e) dans le cont(e) du nu roi

    Jamais, personne ne le dit

     

    Pardonnez moi alors si j'os(e)

    Donner conseil à ces auteurs

    De ne pas oublier la pros(e)

    Ou de chercher rimes meilleures

     

    Relire, peut-être, Baudelair(e)

    Ou Brassens, ou Delanoé

    Les aiderait à fair(e) des vers

    qui tiennent debout sur leurs pieds.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires