•  

    - Je ne peux plus dire je t'aime

     

    Nouvelle version novembre 2019:

     

     

    Version de février 2017:

     

     

    Je ne peux plus dire je t'aime
    Ne me demande pas pourquoi
    Je ne ressens ni joie ni peine
    Quand tes yeux se posent sur moi
    Si la solitude te pèse
    Quand tu viens à passer par là
    Et qu'un ami t'a oubliée
    Tu peux toujours compter sur moi

    Je ne peux plus dire je t'aime
    Sans donner ma langue à couper
    Trop de serpents sous les caresses
    Trop d'amours à couteaux tirés

    Si dure que soit la solitude

    Elle te ramène à ton destin
    La loi du grand amour est rude
    Pour qui s'est trompé de chemin

    Je ne peux plus dire je t'aime
    Ne me demande pas pourquoi
    Toi et moi ne sommes plus les mêmes
    Pourquoi l'amour vient et s'en va

    Si la solitude te pèse
    Quand le destin te mène ici
    Et qu'un ami t'a oubliée
    Tu peux toujours compter sur moi

    Et qu'une amie vienne à manquer
    Tu peux toujours compter sur moi

     


    votre commentaire
  •  

    - Pas toi

     

     

     

     

    Graver l'écorce

    Jusqu'à saigner

    Clouer des portes

    S'emprisonner

    Vivre des songes

    À trop veiller

    Prier des ombres

    Et tant marcher

     

    J'ai beau me dire

    Qu'il faut du temps

    J'ai beau écrire

    Si noir sur blanc

     

    Quoi que je fasse

    Où que je sois

    Rien ne t'efface

    Je pense à toi

     

    Passent les jours

    Vides sillons

    Dans la raison

    Mais sans amour

    Passe ma chance

    Tournent les vents

    Reste l'absence

    Obstinément

     

    J'ai beau me dire

    Que c'est comme ça

    Que sans vieillir

    On n'oublie pas

     

    Quoi que je fasse

     

     

    Où que je sois

    Rien ne t'efface

    Je pense à toi

    Quoi que j'apprenne

    Je ne sais pas

    Pourquoi je saigne

    Et pas toi

    Y'a pas de haine

    Y'a pas de rois

    Ni dieu ni chaînes

    Qu'on ne combat

    Mais que faut-il ?

    Quelle puissance ?

    Quelle arme brise

    L'indifférence ?

     

    Oh, c'est pas juste

    C'est mal écrit

    Comme une injure

    Plus qu'un mépris

     

    Quoi que je fasse

    Où que je sois

    Rien ne t'efface

    Je pense à toi

    Quoi que j'apprenne

    Je ne sais pas

    Pourquoi je saigne

    Et pas toi

     

    Et pas toi

     

    Pas toi...

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     Au bout de la jetée j’affronte l’océan

    Comme un marin peureux dont les pieds restent au port.

    Au bout de la jetée, décoiffé par le vent

    Je respire l’infini, les abysses et la mort.

     

     

    Quand j’ai besoin de paix

    Et envie de rêver

    Je vais boire le vent frais

    Au bout de la jetée

     

    Le monde des vivants reste au loin derrière moi.

    Je ne vois que le ciel, l’horizon et les flots.

    Sur cette immensité vogue un bateau parfois

    Qu’escortent à la traine une nuée d’oiseaux.

     

    Quand j’ai besoin de paix

    Et envie de rêver

    Je vais boire le vent frais

    Au bout de la jetée

     

    Assis sur le granit, blotti au pied du phare

    J’ai oublié la ville, son tumulte et ses cris

    Les vagues et l’horizon remplissent mon regard

    Je n’entends que le vent, les oiseaux et la pluie.

     

     

    Quand j’ai besoin de paix

    Et envie de rêver

    Je vais boire le vent frais

    Au bout de la jetée

     

    Des bateaux, en sortant, vont hisser leur grande voile

    Qui frémit, impatiente, au large, de gonfler

    D’autres, sur le retour, vont affaler la toile

    Laissant à leur moteur la charge de rentrer.

     

    Quand j’ai besoin de paix

    Et envie de rêver

    Je vais boire le vent frais

    Au bout de la jetée

     

    Là-bas, au loin, tout droit, nous attend l’Amérique

    A plusieurs jours de mer on peut y arriver

    Débarquer à New York, près de ses tours mythiques

    Et, regardant à l’est, rêver de ma jetée.

     

     

    Quand j’ai besoin de paix

    Et envie de rêver

    Je vais boire le vent frais

    Au bout de la jetée

     

    Mais la nuit va tomber et j’ai maintenant froid

    Je me lève et repars vers la plage et la ville

    Un goéland me suit et dans le ciel tournoie

    Saluant mon départ par un cri presque hostile.

     

    Quand je voudrai la paix

    Chercherai à rêver

    J’irai boire le vent frais

    Au bout de la jetée


    votre commentaire
  • - Le premier pas

     

     

     

     

    Le premier pas

    J'aimerais qu'elle fasse le premier pas

    Je sais, cela ne se fait pas

    Pourtant j'aimerais que ce soit elle qui vienne à moi

    Car voyez vous je n'ose pas

    Rechercher la manière

    De la voir, de lui plaire

    L'approcher lui parler

    Et ne pas la brusquer

    Lui dire des mots d'amour

    Sans savoir en retour

    Si elle aimera

    Ou refusera ce premier pas

     

    Le premier pas

    J'aimerais qu'elle fasse le premier pas

    On peut s'attendre longtemps comme ça

    On peut rester des années à se contempler

    Et vivre chacun de son coté

     

    Je la rencontrerai

    Au bas de l'escalier

    Puis comme tous les jours

    Elle me dira bonjour

    Seulement cette fois

    Elle me prendra le bras

    Me conduira dans sa maison

    Ou nous ferons

    Le premier pas d'amour

    Dans son lit jour après jour

    Elle me dévoilera son corps

    Me donnera tous les remords

    De n'avoir pas dit plus tôt

    Le premier mot

     

    Le premier mot

    J'aimerais qu'elle dise le premier mot

    La nuit j'en rêve et c'est idiot

    Si elle voulait

    Seulement me faire signe tout bas

    Alors je ferais, je le crois

    Le premier pas.


    votre commentaire
  •  

     

    - Le blues du motard

     

     

     

    Partir le nez au vent

    Lancer le démarreur

    Enfiler casque et gants

    C’est déjà le bonheur.

     

    Enfourcher sa bécane,

    Nettoyer les compteurs

    Puis laisser chauffer le moteur

     

    Et enfin se lancer

    Sur un filet de gaz,

    La visière abaissée

    Là, on frise l’extase.

     

    On monte dans les tours

    On prend de la vitesse

    Ça hurl(e) et vibre sous les fesses

     

    On a ça dans le sang

    Ça prend à tous les âges

    Rouler le nez au vent

    Pencher dans les virages

    Agripper un guidon

    Avoir un blouson noir

    C’est ça, être motard

     

    Qu’on aime le solo

    Ou préfère le duo

    On se sentira bien

    En suivant des copains

     

    Pas besoin de foncer

    D’exploser les compteurs

    Il suffit de cruiser en cœur

     

    Les cylindres sont chauds

    Et notre pot rugit

    Un œil sur les rétros

    Nous montre qui nous suit

     

    On met les clignotants

    Car on va s’arrêter

    Au col, pour se désaltérer

     

    On a ça dans le sang

    Ça prend à tous les âges

    Rouler le nez au vent

    Pencher dans les virages

    Agripper un guidon

    Avoir un blouson noir

    C’est ça, être motard

     

    Instrumental    Instrumental

    Instrumental    Instrumental

    Instrumental    Instrumental

    Instrumental    Instrumental

     

    Instrumental    Instrumental

    Instrumental    Instrumental

    Instrumental    Instrumental

     

    C’est pas parc(e)qu’on est vieux

    Qu’on arrête la moto

    Mais on devient gâteux

    Quand on passe à l’auto

     

    Il ne nous reste alors

    Que quelques vidéos

    Des souvenirs et des photos

     

    On avait ça dans l’ sang

    Malgré notre grand âge

    Rouler le nez au vent

    Pencher dans les virages

    Agripper un guidon

    Avoir un blouson noir

    En somme, être motard

     

     

     

     

     


    votre commentaire